Déconfinement : des mesures complémentaires pour les personnes handicapées

Olivier Veran et Sophie Cluzel

Depuis le 11 mai 2020, le gouvernement a présenté un plan de déconfinement avec des mesures sanitaires précises comme le port du masque dans les espaces communs (transport), la distanciation sociale…D’autres mesures sont venues s’ajoutées et elles concernant plus particulièrement les personnes en situation de handicap et de leurs proches aidants.

 

Répondre aux spécificités des handicaps de chacun lors du confinement

Plusieurs dispositions ont été prises pour répondre aux adaptions nécessaires aux personnes et aux familles. :

  • Tout déplacement de plus de 100 km pour l’accompagnement des personnes handicapées est autorisé, à condition d’avoir remplit au préalable la déclaration de déplacement.
  • Une dérogation peut être demandée quant au port du masque, notamment dans les transports en commun, pour les personnes dont le handicap le rend difficilement supportable. Un certificat médical est nécessaire pour justifier d’une telle impossibilité.

 

Des dispositifs d’accompagnement renforcés pour le déconfinement

 

L’organisation de la scolarisation

Les élèves en situation de handicap, prioritaires, ont la possibilité de retourner à l’école, peu importe le niveau.

Pour limiter les interactions entre les élèves, il ne doit pas y avoir plus de 15 élèves par classe. Le port dun masque est obligatoire (en maternelle, primaire, collège et lycée) pour les personnels lorsquils sont en présence des élèves, dont les Accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH). 

Enfin, les élèves des unités d’enseignement (UE) et des unités localisées d’inclusion scolaire (ULIS) soient scolarisés dans leur classe de regroupement soit dans leur classe de référence.

 

L’organisation des soins suite au déconfinement

Le gouvernement encourage la reprise des soins de ville sachant que l’ensemble des professionnels bénéficie des protections nécessaires.

Les mesures dérogatoires permettant un accès aux prises en charge à distance seront prolongées autant que nécessaire (téléconsultations, IVG médicamenteuse…)

 

La reprise des aides à domiciles après confinement pour les personnes en situation de handicap

Les services à domicile (SAAD) peuvent reprendre contact avec les personnes qu’ils accompagnement avec les mesures de protection adaptées.

Les centres daction médico-sociale précoce (CAMPS), les centres médico-psycho-pédagogique (CMPP) et les plateformes de coordination et dorientation (PCO) reprennent peu à peu leur activité tout en tenant compte à la fois de lurgence de la reprise des interventions et du profil particulier de chaque enfant.

 

L’accès aux services d’accueil continue malgré le deconfinement

Les internats ainsi que des accueils temporaires de recours continuent de proposer des solutions de répit ou des accueils en urgence du domicile.

Pour faciliter leur accès aux familles a été fixé comme objectif à chaque ARS didentifier :

- au moins 1 structure daccueil de recours en accueil temporaire pour enfants 

- au moins 1 structure daccueil de recours en accueil temporaire pour les adultes

Les solutions de répit sont également mobilisées à destination des assistants et accueillants familiaux qui accompagnent des enfants et jeunes en situation de handicap confiés à laide sociale à lenfance.

Pour information, laccueil en répit nest pas conditionné au test Covid-19 de la personne handicapée. Néanmoins, des recommandations ont été proposées comme la prise de température et que le projet soit annulé en cas de symptôme chez un proche.

 

Lorganisation des internats ; un déconfinement encadré

Afin de rétablir les liens avec les proches et lextérieur, des sorties individuelles et collectives sont désormais possibles tout en respectant des conditions strictement encadrées.

Les retours en famille le week-end sont progressivement autorisés, dans le strict respect des consignes sanitaires et après échange avec la famille permettant notamment de vérifier labsence de symptômes ou cas contact.

A leur retour dans l’établissement après un week-end auprès de leurs proches, les personnes accueillies et leurs accompagnants font lobjet dune prise de température frontale et dun questionnement adapté pour détecter un éventuel risque de contamination.

Les sorties collectives ne peuvent senvisager que si ils sont composés de tout petits groupes et en évitant les lieux fortement fréquentés.

 

Lorganisation du dépistage du COVID 19 pendant le déconfinement

Les personnes en situation de handicap qui auront été détectées positives au Covid-19 devront rester en quarantaine, soit chez elles, soit dans leur établissement sil sagit de leur lieu dhabitation, soit dans un hôtel si nécessaire.

Leur entourage sera également dépisté.

Les brigades Covid bénéficieront si besoin dun appui médico-social, pour adapter leur intervention.

 

Retrouvez des informations supplémentaires sur https://handicap.gouv.fr



Retour